Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Compléments alimentaires destinés aux sportifs : des risques pour la santé pour des bénéfices incertains

Date de publication

Dernière réponse

Réponses

Vues

3
526

Contributeurs


À la une

Salut les EM :)

 

Voici un article publié le 20 décembre 2016 par l'Anses (  Agence nationale de sécurité sanitaire et de l'alimentation ) .

 

 

20161220ComplementsAlim.jpg?itok=pbqaOj8 

A vous de juger les EM , car je n'es pas d'opinion perso ! Mais je vous donne l'info quand même par principe de précaution pour les personnes à la santé fragile  ! :thumbup2:

 

Le dispositif national de nutrivigilance, piloté par l’Anses, recueille les signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs. Ces signalements et la consommation répandue dans plusieurs disciplines sportives de ce type de produits visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse, conduisent l’Anses à attirer l’attention sur les risques potentiels pour la santé. Des effets potentiellement graves pour certains, majoritairement d’ordre cardiovasculaire (tachycardie, arythmie et accident vasculaire cérébral) et psychique (troubles anxieux et troubles de l’humeur), ont été observés. L’Agence déconseille donc l’usage de ces compléments alimentaires aux personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant d’une cardiopathie ou d’une altération de la fonction rénale, hépatique ou encore de troubles neuropsychiatriques, aux enfants, adolescents et femmes enceintes ou allaitantes. L’Anses déconseille également la consommation de compléments alimentaires contenant de la caféine avant et pendant une activité sportive, ainsi que la consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires ou leur association avec des médicaments. L’Anses rappelle par ailleurs la nécessité de prendre conseils auprès d’un professionnel de santé avant de consommer des compléments alimentaires.

 

Le dispositif national de nutrivigilance de l’Anses a recueilli quarante-neuf signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse et destinés aux sportifs. Les effets indésirables rapportés étaient majoritairement d’ordre cardiovasculaire (tachycardie, arythmie et accident vasculaire cérébral) et psychiques (troubles anxieux et troubles de l’humeur).

Ces signalements d’effets indésirables ont conduit l’Anses à évaluer les risques associés à la consommation de ces compléments et à attirer l’attention des sportifs concernés sur les risques sanitaires induits par ces pratiques.

Afin de réduire ces risques, elle recommande aux consommateurs d’être attentifs à l’adéquation de ces compléments alimentaires avec leur statut nutritionnel, leur état de santé et les objectifs visés. De ce fait, un conseil personnalisé par un professionnel de santé, le cas échéant en lien avec l’entraîneur ou le préparateur physique, au regard des périodes et des charges d’entraînement, est indispensable. Afin d’assurer un dialogue interdisciplinaire efficace, il est important que les professionnels de santé bénéficient d’une solide formation initiale et continue en matière de nutrition, et en particulier de nutrition du sportif.

Par ailleurs, et plus spécifiquement en cas de recherche de diminution de la masse grasse et/ou d’augmentation de la masse musculaire, les pratiquants doivent être informés des risques liés, d’une part, à la consommation de produits présentant une activité pharmacologique et, d’autre part, des risques sanitaires liés à la pratique de régimes amaigrissants sans accompagnement médical.

L’Anses met l’accent sur le fait que des effets de ces compléments alimentaires qui pourraient être revendiqués sur la performance n’excluent en rien le risque sanitaire. De façon générale, l’absence de données d’efficacité scientifiquement démontrée rend les bénéfices escomptés de ces compléments alimentaires très fortement hypothétiques, rendant ainsi l’intérêt des produits les contenant largement discutable au regard des risques encourus. Par ailleurs, l’achat sur internet expose de facto davantage le sportif à la consommation de compléments alimentaires frauduleux ou adultérés, susceptibles de conduire à des contrôles anti-dopage positifs et d’induire des effets sur la santé.

 

Les recommandations de l’Agence:

 

Au vu des résultats de son expertise, l’Anses déconseille fortement la consommation de compléments alimentaires visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse :

  • aux personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant d’une cardiopathie ou d’une altération de la fonction rénale ou hépatique ou encore de troubles neuropsychiatriques ;
  • aux enfants et adolescents ;
  • aux femmes enceintes ou allaitantes.

L’Anses émet les recommandations suivantes :

A l’attention des consommateurs :

  • La consommation de compléments alimentaires contenant de la caféine est déconseillée avant et pendant une activité sportive, ainsi que chez les sujets sensibles aux effets de cette substance.
  • La consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires ou leur association avec des médicaments est déconseillée.
  • Les objectifs de la consommation de compléments alimentaires devraient être discutés avec un professionnel de santé.
  • La consommation de compléments alimentaires doit être signalée à son médecin et son pharmacien.
  • Les sportifs doivent être attentifs à la composition des produits consommés et privilégier les produits conformes à la norme AFNOR NF V 94-001 (juillet 2012) ainsi que les circuits d’approvisionnement les mieux contrôlés par les pouvoirs publics (conformité à la réglementation française, traçabilité et identification du fabricant).

 

A l’attention des cadres sportifs :

  • Le recours aux compléments alimentaires ne doit être envisagé que dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire mobilisant tant les cadres sportifs que les professionnels de santé ;
  • Une information efficace aux pratiquants, en ciblant plus particulièrement les jeunes sportifs, doit être mise en œuvre.

En outre, considérant la banalisation de la consommation de ces compléments alimentaires, l’Agence recommande aux pouvoirs publics de mener une réflexion sur la pertinence de la distribution de ces produits sur les sites de pratique sportive.

L’Anses rappelle enfin aux professionnels de santé l’importance de la déclaration auprès de son dispositif de nutrivigilance des effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs dont ils auraient connaissance.

 

Bon sport à toussssss :30::30::30:

Partager ce message


Lien à poster

Je suis loin d'être pro-suppléments mais je trouve ce texte exagérément alarmiste.

En outre, un amalgame est fait entre compléments alimentaires tels qu'on peut les retrouver dans des enseignes de diététique et de supplémentation sportive, et des substances pharmaceutiques classées comme produits dopants!

Mais tout ça va dans le même panier, qu'il s'agisse indistinctement d'huile de poissons ou de prohormones...

L'Anses met essentiellement en garde contre les produits de type pré workouts contenant de la caféine. De toute évidence ce genre de "supplément" ne présente pas un grand intérêt mais n'est probablement guère plus nocif que d'autres cochonneries type Red Bull.

Ce texte gagnerait en crédibilité en distinguant les compléments de type "santé" style multi-vitamines ou omega 3, dont un usage modéré ne pose pas de question sanitaire, des produits censés contribuer à l'amélioration des performances ou à la récupération (Créatine, BCAAs...), et enfin des substances classées dopantes.

Partager ce message


Lien à poster

C'est pas faux ce qu'il est dit, mais au final c'est comme l'automédication, le non respect des dosages ou encore prendre des compléments alimentaires sans suivre une alimentation équilibré. C'est une question de bon sens mais tout le monde ne l'a pas et ne va pas lire des articles et se renseigner sur les bienfait ou méfait d'un produit ou ce qu'il en compose, il va juste se fier au descriptif du produit, fin de l'histoire.

Aujourd'hui les jeunes commence la musculation de plus en plus tôt, d'autres veulent des résultats de plus en plus vite de part notre société actuelle et sont rapport avec le physique (et je ne parlerais pas de l'impact des réseaux sociaux...). Donc il est normal je pense de "sensibilisé" les gens sur la consommation de complément alimentaire et la précaution, non ce sont pas des poisons mais ce n'ai pas pour autant qu'il ne faut pas faire attention. Surtout quand on vois tous les produits de merde qu'il vendent comme "brûleurs de graisse".

 

SInon je suis de l'avis de @Fulbodius sur le fait que :

Le 30/1/2017 at 12:09, Fulbodius a dit :

Ce texte gagnerait en crédibilité en distinguant les compléments de type "santé" style multi-vitamines ou omega 3, dont un usage modéré ne pose pas de question sanitaire, des produits censés contribuer à l'amélioration des performances ou à la récupération (Créatine, BCAAs...), et enfin des substances classées dopantes.

Apres Anses a toujours dit que la Redbull etait mauvais pour la santé, si aujourd'hui il y a ce produit en France c'est a cause d'un directive européenne, qui obligeait la France a prouver que Red Bull présente des risques pour la santé. Faute d’étude réalisée sur l’homme, la France abdique pour éviter 300 millions de dommages et intérêts.

Partager ce message


Lien à poster

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Partenaire

    foodspring-art-haut

  • Nouvelles réponses

    • Comme tu dis, j'ai du rallonger certain temps de repos si je ne voulais pas mourir dans la salle. Ca ira de mieux en mieux de toute façon.
    • Pour totalement cramer un muscle, as tu déjà essayé les bisets? Perso, j’adore! La sensation de congestion est hallucinante. des exemples: DC suivi de écartés  Dips suivi de pompes pieds surélevés  Etc.
    • Bonjour, je m'appelle Philippe j'ai 45 ans et je viens ici afin d'obtenir des conseils. Je suis actuellement en phase de remontée de mon métabolisme suite à un régime assez agressif puisque j'ai perdu 20 kg en 6 mois et donc beaucoup de muscles 😞 ! Je pèse à ce jour 58 kg et mesure 1.73m. Afin de stabiliser mon métabolisme et donc de le rebooster (je réintroduis 100kcal par semaine environ avec bonne réparation des macronutriments) , ma question est de savoir si il est nécessaire et intéressant de commencer la musculation durant cette phase ?  Je vous remercie pour vos conseils.
    • Bonjour, je m'appelle Philippe j'ai 45 ans et je viens ici afin d'obtenir des conseils. Je suis actuellement en phase de remontée de mon métabolisme suite à un régime assez agressif puisque j'ai perdu 20 kg en 6 mois et donc beaucoup de muscles 😞 ! Je pèse à ce jour 58 kg et mesure 1.73m. Afin de stabiliser mon métabolisme et donc de le rebooster (je réintroduis 100kcal par semaine environ avec bonne réparation des macronutriments) , ma question est de savoir si il est nécessaire et intéressant de commencer la musculation durant cette phase ?  Je vous remercie pour vos conseils.
    • Bonjour, je m'appelle Philippe j'ai 45 ans et je viens ici afin d'obtenir des conseils. Je suis actuellement en phase de remontée de mon métabolisme suite à un régime assez agressif puisque j'ai perdu 20 kg en 6 mois et donc beaucoup de muscles 😞 ! Je pèse à ce jour 58 kg et mesure 1.73m. Afin de stabiliser mon métabolisme et donc de le rebooster (je réintroduis 100kcal par semaine environ avec bonne réparation des macronutriments) , ma question est de savoir si il est nécessaire et intéressant de commencer la musculation durant cette phase ?  Je vous remercie pour vos conseils.
  • Publicité


  • Calcul besoins caloriques

×