Aller au contenu

Date de publication

Dernière réponse

Réponses

Vues

12
491

Contributeurs


À la une

Yury Vlasov est un être exceptionnel. Non content d'avoir été médaillé d'or en haltérophilie aux jeux olympiques de 1960, puis médaillé d'argent en 1964, ce qui le conduisit à mettre un terme abrupt à sa carrière sportive, Yury n'acceptait pas d'être second, c'est un écrivain accompli.

Dans cet extrait, il livre son expérience intime de champion en compétition. Probablement la description la plus achevée jamais écrite sur le développé.

 

« Je descend de la plateforme. Juste derrière moi se trouve mon coach. En face – un grand hall, le silence et la barre. Un poids record sur la barre.

 

J'ajuste mon maillot, ma ceinture. J'inspire l'ammoniac d' une boule de coton dans la main de mon coach. J'approche de l'haltère et essaye la barre... Une excellente barre. Le moletage tranche dans ma peau, elle est affutée, non pas usée par des mains. Nous appelons un tel moletage « méchant ». Tel du papier de verre, il écorche impitoyablement la peau de la poitrine et du cou, laissant des entailles pourpres. En retour vous obtenez une prise terrifiante. Les doigts ne s'ouvriront pas.

 

… Je ferme les yeux et laisse aller mes muscles. Le corps pends, souple comme un fouet. Je lis mon poème préféré. Un rituel. Ce qui me réveille et m'aide à me rassembler. « … Se dépasser ! »

 

Se dépasser !

 

Dépasser !

 

… La barre est sur ma poitrine. De l'air. Je prends une inspiration et je me fige. Mes muscles sont verrouillés. Je transfère le poids sur ma poitrine, libérant les bras du poids... Les poignets sont relâchés. Les coudes sont calés contre mon corps... L'Ordre ! Je me jette dans l'effort. La barre s'est balancée de ma poitrine et commence son ascension. Carillons dans mes oreilles.

 

Murmure de muscles tendus. Comme un grondement de cordes de basse.

 

Passer le seuil critique. Le plus mauvais moment. Un groupe musculaire, s'éteignant, remet l'effort au prochain. Et le suivant se trouve dans une position extrèmement inconfortable et ne peut pas délivrer sa puissance maximale. La barre pourrait s'arrêter là et le combat... s'achèverait.

 

Je me jette dans l'effort ! Une sensation comme si je m'étais enseveli dans la boue ! Et enseveli à toute puissance. Mais je continue à compresser je ne sais comment !

 

… Un cri tombe tel le mûr d'un haut bâtiment. Les gens crient. Le cri me porte.

 

 

 

Je ne me rends pas.Je pousse avec les bras jusqu'à la dernière goutte de force restante. Tout mon être baigne dans cette musique. Les cordes de basse grondent à leur limite – les plus puissants des muscles. Le gémissement des plus petites, minuscules, fibres les rejoignent.

 

Je balance mon torse. Mes pieds basculent dans leur chaussure. Mais les chaussures sont immobiles ; Vous ne devez pas les soulever du sol. Interdit par les règles.

 

J'écoute la barre au dessus de moi.

J'écoute comme une seule grosse oreille.

 

Tenir !

 

Une douleur vive dans la colonne. Comme un coup de botte.

 

Plus rien autour de moi qu'un point moucheté, irrégulier. Et au delà, la clameur des gens. Elle me soutient. M'évite d'écouter la douleur et verrouille mes bras intégralement.

 

 

« Ahhh ! »

 

« Oui ! » - La voix du juge.

 

La fatigue tomba sur moi immédiatement comme un immense drap trempé.

 

Je rentrais chez moi... L'excitation s'éteignait progressivement par vague. Mais je continuais à marcher et marcher.

Et la joie était impossible à étouffer... »

 

Traduction Fulbodius 2018

 

 

 


 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
il y a 10 minutes, PHIL16 a dit :

Merci,......... 

De rien, ça fait plaisir que ce soit apprécié.

Je voulais te demander Phil: qu'est-ce que tu penses de sa technique de bench?

 

Partager ce message


Lien à poster

Je ne sais pas s'il benchait toujours comme ça, c'est du DC serré coude au corps. Excellent pour les triceps, et c'est une variante intéressante pour améliorer son bench. je préfère une prise plus large je m'y sens plus fort. 

Ce qu'on appelle la prise serrée c'est pas moins que ça (souvent pas moins que les aisselles). 

Modifié par PHIL16

Partager ce message


Lien à poster

Je te remercie de ton expertise.

Je pense pas qu'il benchait sinon pour améliorer ses mouvements olympiques (enfin je présume), mais il était sacrément balèze. D'après un autre documentaire, c'était un triple à 180kg avec un départ en bas...

il y a 43 minutes, PHIL16 a dit :

Ce qu'on appelle la prise serrée c'est pas moins que ça (souvent pas moins que les aisselles).

Je  fais ça également. C'est vrai que parfois on voit des écartement beaucoup trop réduits, . .

 

Partager ce message


Lien à poster

merci pour ce partage et la traduction @Fulbodius, très beau texte a lire.

dans la vidéo, vous avez remarqué le geste quand il lâche la barre au sol? il ne la jette pas, on dirait qu'il la caresse pour lui éviter des rebonds. amour et respect de cette barre sans qui il ( on ) ne serait rien. magnifique  

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster

Qu'est-ce qui amena Vlasov à se retirer de la compétition après sa seconde place aux JO de 1964?

Envisageait-il de quitter la plateforme avec un dernier titre comme il affirma plus tard l'avoir décidé, compéter au plus haut niveau sous le régime soviétique était un lourd tribut, ou est-ce l'or attribué sans panache à son compatriote Zhabotinsky qui a entrainé sa décision?

Mais revenons un moment sur cet épisode critique de la vie de l'athlète...

 

Tokyo, 1964, finale d'haltérophilie des plus de 90 kg. Vlasov, après avoir fait tomber de nombreux records mondiaux, dont celui du développé de la formidable machine de guerre américaine Paul Anderson, est favori.

Face à lui; Leonid Zhabotinsky, l'étoile (rouge) montante de l'haltérophilie soviétique.

Lors du premier lift, Vlasov établit un nouveau record mondial au développé à 197.5 kg (qui resta discipline olympique jusqu'en 1972 pour rappel). Vient ensuite l'Arraché. A nouveau Vlasov fait sensation avec un nouveau record mondial à 172.5 kg. Cependant ce sera son essai précédent, le 3ème, à 162.5 kg qui sera retenu pour le total.

En dépit de ses qualités physiques et techniques la victoire finale lui fut soustraite par Zhabotinsky.

La compétition est serrée entre les deux russes.

Nous sommes à la dernière épreuve qui doit les départager, l'épaulé-jeté.

Zhabotinsky ouvre le bal avec un essai validé à 200 kg. Vlasov y ajoute 5 kg. Puis dix...

Son adversaire demande 217.5 kg, ce qui est supérieur au record mondial pour son second essai. C'est un echec. En fait, le challenger estime la barre et abandonne sans même tenter l'arraché.

C'est une ruse. Zhabotinsky aiguillonne l'ambition de Vlasov qui rêve d'un triplé de records. Le champion s'approche de la barre, mais les 217.5 kg sont hors de sa portée. Il s'est épuisé, laissant Zhabotinsky l'emporter à 210 kg. Cette erreur stratégique lui couta l'or et blessa d'une marque indélébile son âme de vainqueur. Emporté par sa fougue et son tempérament tumultueux, Vlasov quitta la scène internationale avec un sentiment de rage et d'humiliation qu'il sublima plus tard dans l'écriture qui recueillit toute sa rage.

 

Pour l'anecdote, Vlasov était l'idole du jeune Arnold depuis leur rencontre à Vienne en 1961 lors des Championnats du Monde d'Haltérophilie. La future star du bodybuilding en fut extrêmement impressionné et déclara plus tard que Vlasov avait été pour lui une formidable source d'inspiration. En 1988, lors du tournage d'un film, Arnold refusa de quitter Moscou avant d'avoir rencontré son mentor de jeunesse. Les retrouvailles entre les deux champions furent emplies d'émotion et de respect mutuel.

 

Après une tentative en politique peu concluante lors des élections présidentielles russes en 1996 face à Boris Eltsine, Vlasov s'est retiré du monde pour se consacrer à l'autre passion de sa vie, la littérature.

 

 

Власов-и-Шварц.jpg

yurivlasov9.jpg

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster

Merci. C'est un peu par hasard, s'il existe, que j'en suis arrivé à m'intéresser à Vlasov. J'ai croisé ce texte (la traduction) dans un recueil d'articles de Pavel Tsatsouline. Et puis j'ai gratté un peu. Comme la vieille lampe chinée dans un marché au puces et qui abrite un djinn...

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster

Créer un compte ou se connecter pour participer

 

Créer un compte

Crée un compte sur notre communauté. C’est facile !

Inscription

Se connecter

Tu as déjà un compte ? Connecte-toi ici.

Connexion

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Partenaire

    foodspring-art-haut

  • Nouvelles réponses

    • Yop voici comment je fonctionne pour les pecs.
      Le lundi je travaille le milieu bas et le vendredi le haut.   Développé incliné haltères 30 degrés.
      3x5 44 kg.
      1x5 40 kg.


      Développé incliné haltères 45 degrés.
      3x6 35 kg.

      Écartés incliné haltères 60 degrés.
      3x8 11 kg


      Couché barre.

      1x2 110 kg.
      2x8-9 91 kg.
      2x6-8 95 kg.

      Écartés couchés haltères.

      4x8-10 15 kg.
          Avant chaque série de travail je fais 1-2 série de chauffe, genre pour l'incliné haltères mon poids de travail est 44 kilos du coup je fais une chauffe à 29 kg en faisant 20 reps, alors que je pourrai en faire au moins 30.
      Pour le couché poids de travail 91-95 kilos, du coup série de chauffe à 60-70. Si tu sens que tu en fais 8 et que ça passe facile alors c'est que ton poids de travail est trop léger, mets plus lourd, et ainsi de suite, voici comment je fonctionne.
    • Bonjour / Bonsoir à tous,   J'ai commencer un defi hier c'est de faire 50 pompes en un seul coup, Auriez vous des conseils à me donner, je fait 2 serie de 25 pompes, je n'arrive pas à augmenter à chaque fois je me sens à bout et je n'arrive plus à remonter. Existe t'il une technique pour développer les pecs ? J'ai 16 ans et je travail en mécanique motoculture c'est un metier assez dur physiquement on soulève de grosse charge pouvant aller à plus de 80 kg à deux, Est ce que je devrais faire plus de série de 15-20 pompes par jour pour pouvoir progresser ?    Merci de vos conseils ! 
    • Bonjour,    Je me suis inscrit à la salle il y'a maintenant deux mois, je m'y entraine 3 à 5 fois semaines. Au début je faisais des programmes full body et depuis deux semaines je divise en dos/épaule le lundi, pecs/bras le mercredi, cardio le jeudi (ou samedi) et les jambes le vendredi.  J'aimerai me dessiner un peu avant de faire une "vrai sèche". Est-ce que vous me conseillez de m'entrainer en calculer mes RM ou alors de progresser en augmentant soit les charges ou les rép au fur et à mesure. A titre d'infos, en développé incliné haltères, je fais 4 series 15rep à 7kg, 12rep à 12kg, 10 rep à 12kg, et 8 rep à 14kg, mais j'ai encore un peu de jus après mes séries...  Merci d'avance :p
    • PDC 84.9kg   Séance du 12.02.19   8S WAVE MONTH   Semaine 2 sur 4 / Séance 2 sur 4   Développé couché barre  2*8@95kg - 10@95  amrap   Superset Traction supination 4*8@pdc Développé haltère 4*10@25kg   Superset Rowing haltère 4*10@40kg Pompe prise sérrée 4*10@10    Giant set Elévation latérale haltère 4*15@7.5kg Extension poulie haute corde 4*12@30kg Curl marteau 4*10@20kg          
    • Poids ce matin 84.6kg   8S WAVE MONTH   Semaine 2 sur 4 / Séance 1 sur 4   Squat 1*3@120 - 1*3@135 - 2*8*@145kg /  12@145  AMRAP  SDT JT 4*8@120kg   Superset   Presse à cuisse  4*10@230 Leg curl 4*10@30
  • Publicité


  • Calcul besoins caloriques

×